Choisir le bon télescope

 

Ce petit guide est destiné au parfait débutant, à celui qui se sent attiré par les étoiles, qui veut acheter un télescope, mais qui ne sait pas par où commencer… Si vous êtes pressé, vous trouverez à la fin de cet article un tableau avec une liste de télescopes pour débutants.

J'ai également créé Pyxis, un outil d'aide au choix d'un télescope : au travers de quelques questions simples, Pyxis vous ouvre la voie en vous proposant un type de télescope qui devrait correspondre à ce que vous recherchez. Essayez Pyxis maintenant

Vous pouvez aussi utiliser Callisto, un comparateur de télescopes qui vous aidera à connaître les différences majeures entre plusieurs instruments. Il vous suffit de cliquer ou rechercher les télescopes qui vous intéressent (jusqu'à 5 télescopes maximum), et un tableau vous sera présenté avec les spécifications de chaque instrument. À essayer d'urgence !

Alors ça y est, vous souhaitez franchir le pas ? Vous voulez admirer le ciel étoilé, mais vous ne savez pas quel télescope choisir ? Vous êtes astronome débutant et vous ne savez pas par où commencer ? Vous voulez offrir un télescope à votre petit dernier, mais vous n’y connaissez rien ? Vous vous demandez combien coûte un télescope ? Ce petit guide est fait pour vous éclairer dans le choix du meilleur télescope adapté à vos besoins.

Vous avez un smartphone ? Alors découvrez les étoiles en réalité augmentée !


Utiliser un télescope

Tout d’abord, il faut savoir qu’un télescope, c’est comme une voiture, un vélo ou un ordinateur : pour être utilisé correctement, il faut apprendre à s’en servir. Le meilleur télescope sera donc celui que vous saurez maîtriser, ce sera celui avec lequel vous aurez fait beaucoup de pratique.

Alors, acheter un télescope, c’est bien, savoir s’en servir, c’est mieux !

Il existe pas mal de questions qu’il faut se poser avant de faire une telle acquisition :

  • Je souhaite plutôt observer des planètes ?
  • Je souhaite plutôt observer des galaxies, des nébuleuses, des amas globulaires ?
  • Je veux surtout observer la lune ?
  • Je rêve de voir le soleil en gros plan ?
  • Je veux seulement observer, ou prendre des photos ?
  • Quel est mon budget idéal pour un premier télescope ?
  • Au fait, je veux un télescope, ou bien une lunette astronomique ??
  • J’habite en ville, ou en rase campagne ?

Quel télescope, pour voir quoi ?

Dans la plupart des cas, lorsqu’on vient d’acquérir un télescope ou une lunette astronomique, le premier objet vers lequel on va pointer son appareil, c’est sans aucun doute la lune. Pourquoi ? Parce que c’est l’objet le plus proche de nous, et donc le plus facile à observer.

-    Bah et le soleil alors ?

Le soleil ? Bien sûr, mais alors là, ATTENTION ! Ne regardez jamais dans votre télescope en direction du soleil sans un filtre adapté, vous risqueriez de vous brûler la rétine de façon irréversible… En effet, le grossissement de l’oculaire du télescope va multiplier de façon exponentielle la lumière émise par le soleil, alors gare aux dégâts !


 

La lune, donc, constitue un début tout à fait délicieux pour l’astronome débutant. Imaginez : en temps normal, l’observation d’une pleine lune lors d’une belle nuit étoilée peut être un spectacle tout à fait appréciable. Mais que dire d’une lune qui vous révélerait le détail de ses cratères, la beauté de ses mers, dans une résolution absolument stupéfiante ? Eh bien, si vous lisez ces lignes, c’est que vous n’êtes pas loin d’en faire l’expérience…

-    Bon alors, si je veux voir la lune, je le choisis comment mon télescope !?

 La réponse, c’est sans doute le diamètre de l’appareil, également appelé l’ouverture. En effet, c’est le diamètre du tube qui va faire la différence, contrairement aux mauvaises publicités que l’on peut trouver parfois, qui parlent de grossissements démesurés (exemple : « ce télescope grossit 450 fois ! »). Ne faites pas confiance à une pub qui vous vanterait un télescope qui grossit des centaines de fois : la qualité de l’objet que vous observeriez reviendrait à la même chose que regarder une étoile de mer devant vous… à 50 mètres sous une eau polluée !


 

Donc, pour observer correctement la lune, il vous faudrait plutôt un réfracteur de 60 à 70 millimètres d’ouverture…

-    Un réfracteur ? Mais qu’est-ce que c’est encore que ce truc ??

Le réfracteur, en fait ce n’est pas un télescope, c’est une lunette astronomique, ou télescope à lentilles. C’est plus fin qu’un télescope. La lunette constitue un très bon choix pour un débutant désireux d’observer la lune et les planètes.

Pour observer encore plus de détails sur la lune et sur les planètes de notre système solaire, un bon réflecteur de plus de 100 mm fera parfaitement l’affaire…

-    Un réflecteur ? Aha ! c’est surement un télescope, ça !

Bingo ! Le réflecteur (télescope, donc), contrairement au réfracteur (lunette) est muni de divers miroirs, tandis que ce dernier (la lunette) est constitué de lentilles… Le télescope est plus gros que la lunette, donc relativement plus difficile à transporter si vous habitez en ville et que vous voulez partir observer à la campagne pour éviter au maximum la pollution lumineuse

-    Hein ? La pollution lumineuse ?

Hé oui ! Un des problèmes majeurs de l’astronome acharné, c’est de trouver un endroit où la lumière artificielle des villes est la moins présente. En effet, plus vous serez proche des lampadaires de votre quartier, moins vous pourrez observer d’objets dans le ciel.

Pour se rendre compte à quel point cet aspect de l’astronomie est important, il suffit de lever la tête vers les étoiles la nuit, en ville, et observer à l’œil nu le nombre d’étoiles que l’on voit… et de faire de même en pleine campagne. La différence est édifiante…


 

Bref, une lunette vous permettra d’observer correctement la Lune, Saturne et Jupiter en ville, mais si vous souhaitez observer galaxies, nébuleuses et autres trous noirs, il vous faudra plutôt un télescope, aller en pleine campagne, et là, vous serez comblés !

-    De quoi, de quoi ? On peut observer des trous noirs ???

Ah non désolé, ça en fait on ne peut pas !

-    Bon, c’est bien joli tout ça, mais ça ne me dit pas vraiment ce que moi je dois choisir comme télescope !

La raison est simple : il n’est pas possible d’apporter à cette question une réponse valable à 100%, car cela dépend vraiment de ce que vous souhaitez observer. Ce qu’il faut retenir, c’est que plus la taille de l’engin est volumineuse (qui a dit que la taille n’avait pas d’importance, mmmh ?), ou plutôt, plus le diamètre (ouverture) est grand, plus la capacité du télescope à recueillir de la lumière et des objets détaillés sera élevée… Ensuite, tout n’est qu’une question de moyens.

-    Ah oui au fait ! ça va me coûter combien cette affaire ?!

Le prix d’un télescope 

Si vous souhaitez offrir un télescope pour Noël à un enfant, où si vous voulez débuter dans l’observation des étoiles, vous pourrez réaliser ce rêve sans pour autant vous ruiner. En effet, dans la multitude de lunettes et de télescopes disponibles sur le marché, il y en a un grand nombre parfaitement adapté pour les débutants, et pour toutes les bourses. Si vous êtes un grand débutant dans l'astronomie, voici un télescope de choix : le Skywatcher 130/900, qui est très populaire.

Voici d'autres télescopes & lunettes qui sont de très bon choix pour débuter :

Grosso modo, on peut dire qu’avec un budget de moins de 300 €, on peut se faire réellement plaisir pour l'achat d'un télescope. Par contre, évitez d’acheter des engins sur des sites de ventes aux enchères ou dans de grandes surfaces (ce n’est que mon humble avis ;-), il y a fort à parier que vous soyez déçus : appareil obsolète, en mauvais état, trop peu performant…


 

Si vous avez de gros moyens financiers pour l'achat d'un télescope, faites attention : plus l’engin coûte cher, plus il risque d’être gros (pas toujours, mais souvent : problème d’encombrement, de transport…), et plus il risque d’être long à prendre en main : un peu comme un appareil photo plein de possibilités dont on n’utilise qu’un faible pourcentage.

Encore une chose qui a son importance : sachez qu’un télescope sans monture adaptée n’est pas un bon télescope.

-    Hey ! c’est un télescope, pas un cheval !

Hé ho ! Ce n’est pas parce qu’on parle de montures qu’il y a forcément un cheval ! On fait de l’astronomie ici, pas de l’équitation !
Quoique…

Nébuleuse de la tête de cheval
 

Quelle apparence auront les étoiles et les planètes dans mon télescope ?

La réponse à cette question n'est pas évidente. Nous allons cependant tenter d'y répondre ! Peut-être que le meilleur moyen de savoir ce que vous allez voir dans un télescope, c'est de vous rendre dans un club d'astronomie près de chez vous.

Vous y trouverez à coup sûr des gens très sympathiques qui vous laisseront essayer leur matériel d'astronomie. Cela vous permettra de vous rendre compte de ce que c'est d'utiliser un télescope, et surtout vous verrez en réel comment on peut voir la Lune, Saturne, Jupiter, etc.

Le planétaire

Concrètement, il faut savoir que lorsque vous observerez une planète telle que Saturne, ne vous attendez pas à la voir en gros plan avec tous les détails dans votre télescope. Sachez que vous pourrez cependant facilement distinguer ses anneaux, ce qui est déjà énorme. Vous pourrez également admirer Jupiter et percevoir ses larges bandes rouges, et avec un peu de chance, vous pourrez même voir sa grande tache rouge !
En revanche, il sera assez difficile (mais pas impossible) d'observer des planètes telles que Mercure (trop petite et trop proche du Soleil). Uranus et Neptune sont visibles, mais au mieux vous verrez un petit point coloré.
Ce qui est intéressant dans l'observation planétaire, c'est que les planètes sont des objets très lumineux. Il est par conséquent tout à fait possible de les observer confortablement même si vous habitez en ville.

Le ciel profond

Contrairement au planétaire, l'observation du ciel profond (nébuleuses, amas globulaires, galaxies, etc.) va vous demander plus de rigueur. En effet, si vous observez en ville, vous aurez beaucoup de mal à repérer et observer ces objets, qui renvoient une quantité très faible de lumière. C'est pourquoi il vaut mieux vous déplacer à la campagne pour jouir pleinement de ce type d'observation.
De plus, sachez que lorsque vous pointerez votre télescope sur l'un de ces objets, ne vous attendez pas à voir une galaxie ou une nébuleuse avec des milliers de couleurs chatoyantes, telles qu'on peut trouver dans les livres d'astronomie ou sur internet.

Au risque de casser un mythe, sachez que ce que vous verrez dans votre instrument, ce sera plutôt une tache laiteuse un peu floue... Tant que votre télescope aura un diamètre inférieur à 200 mm. C'est avec un télescope d'au moins 250 mm que les résultats commenceront à être intéressants pour observer les galaxies et autres nébuleuses.
On retiendra donc que pour observer confortablement le ciel profond, il vaudra mieux se tourner vers un télescope d'au moins 250 mm de diamètre, car les objets du ciel profond émettant peu de lumière, il faut utiliser un appareil permettant d'en récolter le plus possible.

Simulateur de télescope

Pour avoir une idée plus concrète de ce que vous pourrez observer dans votre télescope ou votre lunette astronomique, je vous recommande de visiter le site http://www.stelvision.com.
Ce site vous permet d'entrer les caractéristiques de votre futur télescope, et en fonction de ces caractéristiques, il vous calcule et affiche une image telle que vous pourriez la voir au télescope !
 
Voici un exemple de comment vous pourriez voir Saturne avec un télescope 130/900 et un oculaire ayant une focale de 6 mm : Saturne au télescope 130/900.
Le site Stelvision vous permet donc d'effectuer divers essais pour savoir ce que vous pourrez voir au télescope : la Lune, Saturne, les Pléiades, la galaxie d'Andromède, la nébuleuse d'Orion... Veuillez noter cependant que même si l'image affichée donne un bon aperçu de la réalité, ce que vous pourriez voir au télescope est susceptible d'être différent (pollution lumineuse et atmosphérique, lieu d'observation). 
 
Au passage, si vous avez besoin d'une carte du ciel très bien réalisée, je vous conseille vivement la carte Stelvision 365 que vous pouvez trouver chez Amazon.
 

Universe2go : un planétarium mobile à réalité augmentée

Les possesseurs de smartphones et autres geeks passionnés d'astronomie vont être ravis : Omegon a sorti un boîtier dans lequel on insère son smartphone et qui, via une app dédiée, va vous renseigner sur ce que vous observez en superposant un tas d'informations comme le nom des astres observés. Vous êtes même prévenus lorsque l'ISS passe dans le ciel. Je ne vous en dis pas plus, à vous de le découvrir ici.

La monture du télescope

Pour pouvoir orienter le télescope et le diriger dans la direction souhaitée, il a besoin d’une monture. Il existe trois types de montures pour télescopes :

La monture azimutale

Celle-ci est une monture de base pour les petits télescopes, elle permet d’orienter un télescope à la verticale et à l’horizontale. Elle peut très bien faire l’affaire pour un débutant. Bon à savoir, cette monture ne permet pas de faire aisément de l’astrophotographie.

La monture altazimutale

Cette monture ressemble à la monture azimutale, mais elle est techniquement plus évoluée : souvent, elle est équipée d’un moteur permettant au télescope un guidage électronique permettant de suivre un objet céleste. Ce type de monture est intéressant, car sans cette motorisation, il faut constamment régler le télescope manuellement pour ne pas perdre de vue l’objet observé.

La monture équatoriale

Cette monture est quasiment la préférée des astronomes, car elle est dotée d’un axe de rotation parallèle à l’axe de rotation de la Terre. Plus difficile à prendre en main que la monture azimutale, une fois cette prise en main effectuée, la monture équatoriale donne un meilleur confort d’utilisation, notamment pour suivre un astre.

Et si je veux faire de l'astrophographie ?

L'astrophotographie est une discipline bien à part dans le monde de l'observation astronomique. Avant de se lancer, il faut :

  • Bien connaître le ciel
  • Maîtriser son télescope
  • Avoir un budget conséquent
En tant que débutant, il peut s'avérer assez difficile de se lancer dans l'astrophoto. Prenez d'abord le temps de bien savoir observer ! Pour en savoir plus sur l'astrophotographie, lisez nos dix conseils pour bien débuter.
 

L'image est floue dans mon télescope !

Il peut y avoir plusieurs raisons pour lesquelles vous n'obtenez pas de bonnes images. S'il y a beaucoup de vent ou de pollution lumineuse, vous n'obtiendrez pas de bons résultats. Il existe une autre raison majeure, parfois occultée par beaucoup de gens : c'est la mauvaise collimation de votre télescope. Il s'agit d'un réglage très important qui donnera une seconde jeunesse à votre instrument.

Pour en savoir plus, lisez mon article sur la collimation d'un télescope.

Le choix des oculaires

L’oculaire, c’est l’œil du télescope : sans oculaire adapté, point de salut. En fait, c’est l’oculaire qui s’occupe de grossir l’image, c’est grâce à lui que pourront se dévoiler sous vos yeux émerveillés la beauté des astres…
Il est possible d’utiliser différents types d’oculaires pour le même télescope. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il existe trois tailles (en fait, leur diamètre, généralement appelé « coulant ») d’oculaires :

  • Les oculaires de 24,5 mm (0,965 pouce)
  • Les oculaires de 31,75 mm (1,25 pouce)
  • Les oculaires de 50,8 mm (2 pouces)

Les 24,5 mm sont largement dépassés ! Il ne faut pas les prendre : ils sont anciens et donnent une image bien mauvaise par rapport aux autres types d’oculaires.
Les oculaires les plus couramment utilisés sont sans conteste ceux mesurant 31,75 mm, c’est-à-dire 1,25’’. 

Les accessoires indispensables du télescope

Il existe tout un tas d'accessoires disponibles pour nos précieux, des plus futiles aux plus utiles. Plutôt que d'en parler ici, je vous invite à consulter mon article dédié aux accessoires du télescope. Il s'agit d'un article détaillé qui tente de faire un large tour d'horizon des accessoires que l'on se doit de posséder.

Comment Pyxis peut vous aider à choisir votre premier télescope

Avec Pyxis, choisir son télescope n'a jamais été aussi simple ! Répondez sincèrement à quelques questions, et Pyxis déterminera quel type de télescope correspond à ce que vous recherchez. Bien qu'en version Beta, cet outil est capable de déterminer avec une bonne précision quel matériel il vous faut. Alors, n'attendez plus et venez essayer Pyxis !

Callisto : le comparateur de télescopes

Callisto est un autre outil qui vous permet de sélectionner plusieurs télescopes et de comparer leurs caractéristiques afin de vous aider à faire le bon choix. Je vous invite vivement à l'essayer. Si ce type d'outil vous est utile, n'hésitez surtout pas à me le faire savoir en publiant un commentaire ici !

Ou acheter son télescope ?

Si vous pouvez trouver un magasin spécialisé, cela vous permettra de toucher le télescope et de vous rendre compte de sa taille et de son encombrement. Pour l'achat, je vous conseille de bien vérifier le prix et voir si vous ne trouvez pas moins cher sur internet. Il existe plusieurs sites de commerce en ligne très réputés qui vous permettront de faire des économies sur les prix. Voici ceux que je conseille :

  • Astroshop : leader sur le marché européen, ils ont un impressionnant nombre de produits en stock.
  • Optique-pro : ce sont les mêmes qu'astroshop, avec un design plus joli (avis personnel).
  • Omegon : le site dédié à la marque Omegon, une marque qui monte, crée par astroshop.
  • Amazon : le leader du commerce en ligne, de très bons produits disponibles.

À noter : pendant un moment j'ai conseillé le site Nature & Découvertes. Il s'avère qu'un nombre anormalement important de personnes ont acheté puis rendu leurs appareils. Je ne sais pas encore ce qu'il s'est passé, mais pour le moment (février 2018), je vous déconseille d'acheter dans cette enseigne. C'est peut-être à cause du fait qu'ils ne sont pas vraiment spécialisés dans le matériel d'astronomie : leur catalogue est plutôt bien fourni, mais ils ne semblent pas en mesure de livrer correctement.

Je vous conseille donc vivement astroshop : les retours que j'ai des gens qui se fournissent chez eux, sont à 98% satisfaits. Il y a donc peu de chances que vous soyez déçus avec eux, qui sont une boutique spécialisée en astronomie.

Conclusion

Choisir un télescope, surtout lorsqu’on est tout à fait débutant, n’est pas une chose facile. Nous espérons néanmoins que ce petit guide à l’attention des débutants vous aura permis d’y voir plus clair, et de faire définitivement le bon choix pour l’acquisition de votre prochain télescope.

Nous vous présentons ci-dessous un petit tableau avec quelques télescopes que nous avons sélectionnés. Ces télescopes sont classés par niveau, le premier du tableau étant celui que nous estimons parfaitement adapté au débutant.

Liste des meilleurs télescopes pour débutants et plus !

Nom Type
Skywatcher 130/900 EQ-2 Réflecteur / Télescope
Omegon 60/700 AZ1 Réfracteur / Lunette
Skywatcher 150/1200 NEQ-3 Réflecteur / Télescope
Skywatcher 60/700 mm AZ-2 Réfracteur / Lunette
Skywatcher 70/700 AZ-2 Réfracteur / Lunette
Skywatcher 200/1000 NEQ-5 Réflecteur / Télescope
Télescope Dobson Orion N 203/1200 Réflecteur / Télescope

Il existe également un bon nombre de télescopes en vente chez Amazon.

Si vous n'avez toujours pas fait votre choix, je vous recommande la lecture de mon top 10 des meilleurs télescopes, qui regroupe les télescopes préférés des débutants.